English

Exponentia / Zauber / Résonance magnétique: Je n'ai pas plaisir à sortir à l'extérieur, dans le monde dit ‘réel’.

Door Xavier Kruth

02 april 2020

Ludovic Dhenry est quelqu’un de très occupé. Il vient de sortir le cinquième disque de son projet néoclassique Exponentia. Le premier en quatre ans, mais cela dépend aussi du fait qu'il a aussi un projet électro avec Zauber, et fait de l’industriel ambiant avec Résonance Magnétique. Nous pensions qu'il était temps de mettre de l’ordre dans tout ça ...

Nous avons beaucoup aimé le dernier disque d’Exponentia. C’est le premier disque en quatre ans, et c’est un EP qui ne contient que 5 morceaux. Pourquoi si peu après si longtemps ?
 
Cela est dû au fait que j'ai travaillé sur d'autres projets musicaux, durant cette période j'ai réalisé un album de Zauber, puis un autre de Résonance magnétique. Avant de commencer la composition de mon 11e album, j'ai eu envie de travailler sur un format différent. Un album est structuré d'une certaine manière, le format EP implique de penser différemment cette structure. Quelque chose de plus condensé. J'ai pensé cette structure avec 2 titres instrumentaux, comme pour ‘ouvrir’ et ‘fermer’ une parenthèse contenant 3 titres très calmes, très mélancoliques. Un nouvel album d'Exponentia est prévu pour cette année.
 
Y a-t-il une thématique sur le disque ‘Du wirst sein’ ?
 
Mes textes sont toujours des petites histoires sombres se déroulant dans un monde imaginaire, Fantasy. Dans lequel on peut rencontrer des créatures, des anges, des vampires, des sorcières, des dragons... C'est un monde magique, les arbres saignent, les morts ressuscitent parfois... J'aime la Fantasy en romans, films et jeux video, avec Exponentia, j'apporte cette partie de moi dans ma musique. Quand je compose de la musique, j'ai toujours dans mon esprit ce monde imaginaire.
 
La thématique de ce EP est la mort et la tristesse que cela implique.  Ceci est souligné par la musique lente et calme du disque. Avec une touche de frénésie sur le titre finale ‘Le navire des âmes’, exprimant dans mon imaginaire le voyage des morts vers un autre monde, comme une touche d'espoir pour d'éventuelles retrouvailles. Avec ce titre, les âmes partent et le disque s'achève.
 

 

Les guitares qui étaient proéminentes sur ‘Abend’ ont disparues. Pourquoi ?
 
Concernant l'instrumentation, de par son style musical, Exponentia n'est pas figé avec une règle stricte comme pour d'autres styles musicaux où la guitare est indispensable, comme pour le rock par exemple. Je peux donc utiliser un large spectre d'instruments, en changeant selon les albums. Je pense beaucoup aux synthétiseurs pour le futur, mais aussi aux guitares... Ce qui est le point central, et qui donc ne changera pas, sont les instruments de musique classique.

Parlons un peu de tes autres projets. Zauber a sorti un magnifique disque en 2017 : ‘Weg der Seelen’. Zauber était ton premier groupe. Qu’est-ce qui t’a amené à t’accrocher à ce projet ?
 
Merci pour le compliment. J'ai toujours aimé l'electro goth, avec des groupes comme Seelenkrank, Die Form, Ghosting et d'autres.  J'ai parfois envie de composer ce style de chansons qui ne fonctionneraient pas dans un album d'Exponentia. Alors je compose pour Zauber.
 

 

Je trouve aussi que le son de Zauber est devenu plus symphonique par rapport à ces débuts. Est-ce l’influence d’Exponentia sur ton projet electro ?

Je pense que oui. On ressent quelque chose comme ça à l'écoute, dans la manière d'amener les choses, les arrangements. La musique classique a pris beaucoup d'importance en moi. Chacun évolue et je pense qu'inévitablement cela doit se ressentir dans Zauber.
 
En 2019, tu sortais l’album ‘Sign’ de Résonance Magnétique. Quelle est ta motivation pour faire cette musique électronique purement instrumentale ?
 
J'ai ressenti le besoin de créer des ambiances, des atmosphères, pour une musique qui s'écoute en fond sonore. Des chansons avec des arrangements symphoniques, un chant, des couplets... n'auraient pas pu créer cette atmosphère ambiante, cette présence dans votre maison qui s'installe au fur et à mesure que les titres s'enchaînent.
 

Sur ‘Sign’ comme sur son prédécesseur ‘Revoke’, j’ai remarqué une véritable évolution au cours du disque, comme si tu voulais nous faire voyager d’une atmosphère à une autre pendant l’écoute de l’album. C’était une idée préconçue ?

Oui et non. Ou plutôt Non pour ‘Revoke’ et oui pour ‘Sign’. Lors de la composition de ‘Revoke’, ce n'était pas préconçu, mais c'est devenu inévitable au fur et à mesure que j'avançais dans les démos. Je voulais composer un disque indus rythmique très sombre mais aussi ambiant. Pour que tout s'enchaîne de façon naturelle, les sonorités et l'ambiance ressentie ont été créées comme étant commune aux titres, ce qui a favorisé l'unité de l'album. A la fin, la tracklist a été pensée pour que l'enchaînement des titres rythmiques et des titres ambiant soit cohérent. Pour l'album ‘Sign’, mon expérience passée a permis à que tout soit pensé d'avance.
 
Certains de tes disques sortent en CD, d’autres seulement en format digital. Quelle est ta politique en ce qui concerne les formats ?
 
Dans un monde idéal, je sortirais tous mes albums en CD. Malheureusement, nous vivons dans un monde où le marché du disque n'est plus ce qu'il était. Actuellement ce n'est plus possible pour moi.
 
Dans une interview, tu racontes que tu sortais souvent en Belgique. Je suppose que c’était du temps du Steeple à Waregem, une salle qui a malheureusement disparue depuis de années. Quels souvenirs as-tu de cette place mythique ?
 
Oui, c'était du temps du Steeple à Waregem. Ce que je peux dire de ce lieu mythique c'est que c'était pour moi les meilleurs soirées goth ! C'était comme une seconde maison, on se sentait chez soi là-bas.
 
Je pense que les souvenirs que j'ai de ces soirées s'entendent dans ma musique,
étant donné que l'ambiance qui y régnait et les groupes de musique qui étaient diffusés m'ont influencé, indéniablement. A l'époque, je composais des démo mais je n'avais jamais sorti d'album. Je me souviens que la démo du titre Zauber ‘Euphoria’ passait régulièrement là bas. C'était pour moi une satisfaction d'entendre ma chanson parmi les groupes de musiques cultes que j'aime.
 
Selon la même interview, tu vivrais comme un reclus en composant ta musique. Comment fais-tu ? Je suppose que tu ne peux pas vivre de ta musique ?
 
Effectivement je ne vis pas de ma musique car sans distributeur, c'est forcément difficile d'être connu de la scène gothique de nos jours. D'ailleurs, je remercie vivement Dark Entries, webzine qui a le mérite de tenir et couvrir cette scène alternative et qui s'intéresse à mes projets depuis mes débuts.
 
Je vis avec une personne qui me laisse vivre ma passion pour la musique gothique et nous nous suffisons avec des besoins modestes. Je n'ai pas plaisir à sortir à l'extérieur, dans le monde dit ‘réel’. J’aurais l'impression d'y perdre mon temps, ce serait une contrainte. J'ai très peu de contact avec des personnes, ce n'est pas dans ma nature,  je ne m'y sens pas à l'aise. Ma plus grande satisfaction de vie est d'être dans mon home-studio pour écrire de la musique, et même si je ne suis pas reconnu, j'en composerai toujours, je ne pourrais pas arrêter ce processus créatif qui doit sortir de moi.
 
Quels sont tes projets pour l’avenir ?
 
Je compte me consacrer exclusivement à Exponentia, en y incluant l'ambiance des mes autres projets, parfois sous forme de paysages sonores ambiants sur certains titres, peut être aussi sous forme de remix electro. L'écriture du prochain album vient de commencer, on verra où cela va m'emporter.

Y a-t-il une chance qu’on te voie encore jouer en live avec un de tes projects ?
 
Non, je ne pense pas.
 
Exponentia: bandcamp / facebook
Zauber: bandcamp / facebook
Résonance magnétique: bandcamp / facebook

Delen op

Wil je Dark Entries steunen? Doe een gift op BE49 0017 6243 8971

© Dark Entries. Alle rechten voorbehouden. Ontwerp door We Cre8 It.